Dans ma PAL : Septembre 2020

D757348C-44A7-4A81-8600-54D71E508651

Coucou tout le monde,

comme je vous le disais hier, j’ai l’immense plaisir de vous dévoiler ma PAL de Septembre! Elle sera marquée par les lectures du PLIB 2020 (j’en ai lu 4, chroniqué 3 et il m’en reste encore un à lire avant le 20 septembre, c’est donc jouable!). Je vais donc mettre un dernier coup de collier pour honorer mes obligations de Jury. Sinon, j’ai également un autre défi à relever, celui du S4F3 et je vais essayer de lire un maximum de livres. Enfin, l’Histoire me manque un peu et cela fait longtemps (trop!) que je ne me suis pas plongée dans la période romaine!

Allez, c’est parti!

797C8DC3-EBE7-4EA6-A3F1-BC15923912CE

La cité des chimères de Vania Prates, chez SNAG. Service presse (Roman mis à disposition du Jury du PLIB par l’éditeur). Chronique publiée le 5 septembre 2020 sur mon blog.

Quatrième de couverture : 

Londres est devenue Lowndon Fields. Une cité utopique dans laquelle vivent nombre de curiosités : chimères, guides, gardiens, alchimistes, mystificateurs, immergeants… Une nouvelle ère a commencé. Le monde tel qu’on l’a connu a disparu. Chaos, misère, famine… Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidés par Leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce qu’ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.
Dans ce monde proche de l’utopie, Céleste, une jeune fille de 17 ans, n’a pas de chi. Le jour où elle rencontre Calissa, mystérieuse contrebandière, elle est loin de se douter qu’elle va se retrouver embrigadée bien malgré elle dans une histoire complexe qui mêle non seulement le dirigeant de Lowndon Fields, mais également la très redoutée « Confrérie des Sans-loi ». Entre ruse, savoir, intrigues et faux-semblants, Céleste va devoir changer sa vision du monde…

0B7F5190-CD48-46F7-8299-3883F76B9DC0

Félines de Stéphane Servant, chez Rouergue. Chronique publiée le 9 Septembre 2020.

Quatrième de couverture :

AVERTISSEMENT Ceci est une histoire vraie. Vous la connaissez certainement : elle s’appelle Louise R., elle a dix-sept ans. Elle a été l’une des premières jeunes filles de notre pays à être atteinte par la Mutation. Comme bien d’autres, son corps s’est métamorphosé, ses sens se sont aiguisés et sa vie n’a plus jamais été la même. Son visage a été vu sur tous les écrans, sur tous les réseaux sociaux.
Ses prises de position et le récit de sa clandestinité ont bouleversé toute une génération. Ce document inédit est son témoignage. A travers elle, c’est aussi l’histoire de Fatia, Sara, Morgane et de toutes celles qu’on a appelé « les Félines ». Adolescentes et résistantes, elles se sont un jour dressées contre l’oppression et les discriminations. Elles se battent encore aujourd’hui pour leur liberté.
Ce texte est le récit de leur combat.

F08D5ECA-EC56-4467-9D12-46BAD02C8B8A

Mers mortes d’Aurélie Wellenstein, chez Scrinéo

Quatrième de couverture : 

Un récit écologique dans un univers sombre et violent d’Aurélie Wellenstein. Il y a quinze ans, mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts. Depuis, des marées fantômes déferlent sur le monde et charrient des spectres avides de vengeance. Requins, dauphins, baleines…, arrachent l’âme des hommes et la dévorent. Seuls les exorcistes, protecteurs de l’humanité, peuvent les détruire.
Oural est l’un d’eux. Il est vénéré par les habitants de son bastion qu’il protège depuis la catastrophe. Jusqu’au jour où Bengale, un capitaine pirate tourmenté, le capture à bord de son vaisseau fantôme. Commence alors un voyage forcé à travers les mers mortes… De marée en marée, Oural apprend malgré lui à connaître son geôlier et l’objectif de ce dangereux périple. Et si Bengale était finalement la clé de leur salut à tous ?

C9568FD7-16A6-43D9-B6D7-B2DE485BDC7D

Nixi Turner (Tome 5) de Fabien Clavel, dans la Collection des Chatons hantés, aux éditions du Chat noir. Service presse.

Quatrième de couverture : 

Nixi doit affronter son ennemi, le Roi des Aulnes, mais elle ne sait pas que quelqu’un l’espionne. Tous les élèves pensent que Jennifer est folle, cependant l’adolescente est loin d’être bête et a vite compris que Nixi n’est pas une fille comme les autres. Depuis la rentrée, des choses étranges se produisent et Jennifer compte bien découvrir toute la vérité.

819C8398-A799-46BD-937D-DD456B3E1602

Contes Hybrides de Lionel Davoust aux éditions 1115.

Quatrième de couverture : 

J’ai passé en revue chaque hypothèse vraisemblable au moins deux ou trois fois. Je suis certain de ce que j’ai vu, mais je ne sais pas quel sens y accorder. Dans ma jeunesse, quand j’ai commencé à lire, dans ce flou bienheureux où se mélange la construction du monde de l’enfant et son acceptation primaire de toutes les histoires, je croyais sincèrement aux créatures fantastiques, aux enchantements.
Adolescent, je n’avais évidemment rien rencontré de tel, mais je me suis mis à penser que j’étais un des rares à croire encore et que l’absence de preuves n’invalidait pas la magie.

09DB2583-BFA5-4BCD-99BF-D4476D9326D9

Abimagique de Lucius Shepard, dans la Collection Heure-Lumière du Bélial.

Quatrième de couverture : 

« C’est la fille coiffée style Halloween. Coupe Morticia Addams, teinture noir de jais, mèches orangées asymétriques. Elle a vingt-quatre ou vingt-cinq ans. Une femme-enfant, songes-tu, qui dévore des biographies d’empoisonneurs célèbres et s’est affublée des piercings les plus douloureux du marché. De la chair à goth typique. Mais une fois passé les cheveux, les robes vintage, la bague ornée d’une perle en forme d’araignée ventrue, les tatouages sur les mains (un crâne de vampire, un coeur humain) et le maquillage outrancier, tu remarques que son visage est empreint d’une douceur et d’une sensualité maternelles qui semblent trop vulnérables pour participer de ce monde moderne. » Elle a pour nom Abi — diminutif d’Abimagique.
Quand cet étudiant, un peu désinvolte, un peu loser, rencontre Abi, cette jeune femme aussi plantureuse que mystérieuse, il n’imagine pas qu’il va devenir son amant et bientôt tomber sous son emprise. Car elle a besoin de lui : la fin du monde aura lieu dans peu de temps, et Abimagique compte sauver ce qui peut l’être. Du moins, c’est ce qu’elle dit…

DE2612A0-48FE-46E7-B353-FC3E0BF94A0F

Empire, un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche d’Alberto Angela, chez Payot

Quatrième de couverture : 

Imaginez que vous puissiez parcourir l’Empire romain au début du IIe siècle de notre ère, à l’époque de son expansion maximale, de la Germanie à l’Egypte et de la future Angleterre à la Mésopotamie ; que vous sympathisiez en chemin avec les personnages les plus divers, un serviteur ou l’empereur Trajan, un légionnaire ou un marchand, une patricienne ou une prostituée, et qu’ainsi vous exploriez la civilisation romaine dans toute la lumière de son génie comme dans ses zones d’ombre.

97CCC94D-626A-4BFF-9D41-BADBB53D1BC4

Les nouvelles heures de Pompéi de Massimo Osanna, chez Flammarion

Quatrième de couverture :

Le 25 octobre 79 pourrait être la nouvelle date officielle de l’éruption du Vésuve – et non le 24 août comme on le supposa fort longtemps – à l’automne plutôt qu’à l’été, quand la lumière décline et que les récoltes sont terminées. C’est l’une des nombreuses découvertes des fouilles entreprises depuis 2018 par Massimo Osanna, le directeur du site archéologique de Pompéi. Car on pensait tout savoir ou presque sur Pompéi, dont la visite offre littéralement un voyage dans le temps, sans imaginer qu’on pouvait encore y découvrir des trésors.
Les premiers résultats furent au-delà des espérances, comme en témoignent les demeures magnifiques aux fresques soignées – la maison d’Orion avec ses énigmatiques mosaïques, les inscriptions de la maison du Jardin, ou l’oeuvre évocatrice de Léda et le cygne. Grâce aux récentes technologies, on en sait beaucoup plus sur la vie quotidienne, les rituels et les fêtes. C’est cette nouvelle histoire de Pompéi que Massimo Osanna a entrepris de raconter dans un récit qui montre à la fois le travail opéré sur un chantier de fouilles et ses riches enseignements à qui sait les décrypter.
Dans les pas du chercheur, le lecteur se faufile partout : dans les maisons aux alcôves équivoques, dans les tavernes des gladiateurs, dans les rues abandonnées brutalement sous le déluge de cendres ardentes, tuant sur le coup les Pompéiens, désormais figés pour l’éternité dans leur course.

Voilà! Et vous, qu’avez-vous prévu de lire ce mois-ci? Vous avez déjà lu certains de ma PAL de septembre? Certains vous font envie?

Je vous souhaite un bon mois littéraire et à bientôt!

22 réflexions sur “Dans ma PAL : Septembre 2020

  1. J’aime beaucoup les livres d’Alberto Angela, ils sont toujours très fluides et agréables à lire pour des docs.
    La cité des chimères m’a vraiment bien plu, je ne m’attendais pas du tout à autant apprécié même si tu tout n’y était pas parfait. En revanche j’ai détesté Mers Mortes, mais je crois qu’il a de grandes chances de gagner le PLIB cette année.
    Très belle PAL !

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai commencé à lire celui d’Alberto Angela. Parfois, il use et abuse un peu trop d’images contemporaines pour faire des parallèles avec la période antique. Mais, il s’adresse avant tout à un public néophyte en Histoire Romaine. Toutefois, j’aime beaucoup son style d’écriture et son livre est assez intéressant. La cité des chimères, j’ai été assez agréablement surprise aussi. Mers mortes, je n’aime pas du tout ! Je suis en train de le lire en lecture rapide tellement je m’ennuie. Au moins, j’arriverai jusqu’au bout comme ça, sinon j’aurais arrêté au bout de 20 pages.

      Aimé par 1 personne

      1. Étant néophyte c’est justement je pense l’aspect qui me fait apprécier ses livres, même si dans le fond je suis d’accord.
        Ah ça me rassure pour Mers mortes, tu ne peux pas savoir. Je me sentais un peu seule 😂

        Aimé par 1 personne

    1. Et bien écoute, Felines m’a vraiment bien surprise ! J’ai dévoré le livre en une journée alors qu’il n’était pas mon favori au départ. Bon courage aussi pour toi. Il me reste à finir Mers mortes mais je m’ennuie. Hop ! Lecture rapide du coup.

      Aimé par 1 personne

  2. J’en ai quelques uns de ta liste dans ma PAL( Davoust, Shepard) mais il ne sont pas prévus pour ce mois-ci. Le Angela me tente beaucoup par contre, malgré ce que tu en dis.
    Pour ma part il y aura au programme: La guerre des trois rois de Soccoro, un court recueil typé « grand nord » de Jack London et surtout Avicenne ou la route d’Ispahan de Sinoué (en LC)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s