Dans ma PAL : Octobre 2020

Coucou tout le monde, 

Comme promis hier, je reviens vers vous pour vous dévoiler ma PAL d’octobre : conformément au mois de l’Imaginaire, elle comprendra une majorité de lectures SFFF mais ma passion pour l’Histoire ne sera pas en reste non plus. En effet, j’ai bien l’intention de finir ma lecture prévue du mois de septembre en Histoire romaine tout en rajoutant quelques bandes dessinées et mangas. 

Allez, c’est parti!

Contes Hybrides de Lionel Davoust aux éditions 1115.

Quatrième de couverture : 

J’ai passé en revue chaque hypothèse vraisemblable au moins deux ou trois fois. Je suis certain de ce que j’ai vu, mais je ne sais pas quel sens y accorder. Dans ma jeunesse, quand j’ai commencé à lire, dans ce flou bienheureux où se mélange la construction du monde de l’enfant et son acceptation primaire de toutes les histoires, je croyais sincèrement aux créatures fantastiques, aux enchantements.
Adolescent, je n’avais évidemment rien rencontré de tel, mais je me suis mis à penser que j’étais un des rares à croire encore et que l’absence de preuves n’invalidait pas la magie.

Les nouvelles heures de Pompéi de Massimo Osanna, chez Flammarion

Quatrième de couverture :

Le 25 octobre 79 pourrait être la nouvelle date officielle de l’éruption du Vésuve – et non le 24 août comme on le supposa fort longtemps – à l’automne plutôt qu’à l’été, quand la lumière décline et que les récoltes sont terminées. C’est l’une des nombreuses découvertes des fouilles entreprises depuis 2018 par Massimo Osanna, le directeur du site archéologique de Pompéi. Car on pensait tout savoir ou presque sur Pompéi, dont la visite offre littéralement un voyage dans le temps, sans imaginer qu’on pouvait encore y découvrir des trésors.
Les premiers résultats furent au-delà des espérances, comme en témoignent les demeures magnifiques aux fresques soignées – la maison d’Orion avec ses énigmatiques mosaïques, les inscriptions de la maison du Jardin, ou l’oeuvre évocatrice de Léda et le cygne. Grâce aux récentes technologies, on en sait beaucoup plus sur la vie quotidienne, les rituels et les fêtes. C’est cette nouvelle histoire de Pompéi que Massimo Osanna a entrepris de raconter dans un récit qui montre à la fois le travail opéré sur un chantier de fouilles et ses riches enseignements à qui sait les décrypter.
Dans les pas du chercheur, le lecteur se faufile partout : dans les maisons aux alcôves équivoques, dans les tavernes des gladiateurs, dans les rues abandonnées brutalement sous le déluge de cendres ardentes, tuant sur le coup les Pompéiens, désormais figés pour l’éternité dans leur course.

Vigilance de Robert Jackson Bennett chez Le Bélial, dans la Collection Heure-Lumière

Quatrième de couverture :

TROIS TIREURS armés jusqu’aux dents lâchés dans un « environnement  » public aléatoire délimité. Un but : abattre le plus de personnes possible. Une promesse : un énorme paquet de fric pour celui qui quitte les lieux indemne. Si l’une des « cibles » met hors d’état de nuire l’un des tireurs et survit, une part du pactole lui échoit. Des règles simplissimes, et des dizaines de drones qui filment le tout pour le plus grand bonheur de millions de spectateurs hystérisés, d’annonceurs aux anges et de John McDean, producteur et chef d’orchestre de Vigilance, le show TV qui a résolu le problème des tueries de masses aux Etats-Unis…

Nightflyers de George R.R. Martin chez ActuSF, dans la collection Hélios. Service presse.

Quatrième de couverture :

Depuis des temps immémoriaux, les volcryns traversent la galaxie. Personne ne sait d’où ils viennent, où ils se rendent… ni même ce qu’ils sont vraiment. Karoly d’Branin est bien décidé à être celui qui percera ce mystère. Entouré de scientifiques de talent, il embarque sur l’Armageddon. Mais bien vite les tensions s’accumulent. Quelle est cette menace sourde qui effraie tant leur télépathe ? Et pourquoi le commandant du vaisseau refuse d’apparaître autrement que par hologramme ? Karoly est certain d’une chose : ses volcryns sont tout proches. Pas question de faire demi-tour. Quel qu’en soit le prix.

L’héritage du rail (Tome 2) de Morgan of Glencoe, chez ActuSF. Service Presse.

Quatrième de couverture :

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Les filles des marins perdus (Tome 1) de Teresa Radice et Stefano Turconi, chez Glénat.

Quatrième de couverture :

Les choses sont immenses ou ridicules selon la façon dont on les regarde, Monsieur Burden… Le diamant n’était qu’une pierre comme les autres jusqu’à ce que l’homme lui attribue une valeur.

Les fleurs de la Mer Egée (Tome 1 & 2) d’Akame Hinoshita chez Komikku éditions.

Quatrième de couverture :

Un voyage inoubliable au XVe siècle à la découverte des richesses du bassin méditerranéen en compagnie de deux héroïnes pétillantes ! Italie, milieu du XVe siècle. Lisa est une princesse qui habite à Ferrera et elle est éprise d’aventure. Elle veut à tout prix découvrir le monde. Son voeu va être exaucé quand elle rencontre Olia, une princesse venue de Crimée. Fascinée par leurs différences culturelles, Lisa lui fait découvrir l’Italie à travers sa nourriture ou encore la confection des vêtements.

Une amitié instantanée va naître entre les deux princesses et elles vont devenir inséparables. Un jour, Olia avoue à Lisa qu’elle a une soeur restée en Crimée et qu’elle s’inquiète pour elle. La jeune princesse souhaite retourner dans sa lointaine ville natale et Lisa décide de l’accompagner ! C’est le début d’un voyage passionnant plein d’aventures et de découvertes !

Les voyages d’Ibn Battuta d’Alessandra et Akalay chez Aire libre

Quatrième de couverture :

Entre 1325 et 1349, Ibn Battûta a parcouru 120 000 kilomètres et visité 43 pays. De son Tanger natal à la chinoise Quanzhou, de la perle du sud Tombouctou jusqu’au nord de la Volga, de l’Egypte à l’Espagne, des Indes aux Maldives, Ibn Battûta découvre la totalité du monde musulman, dans son humanité commune mais aussi dans ses différences coutumières. Rentré au Maroc, il raconte son périple au poète Ibn Juzayy qui le transforme en livre dont les centaines de pages resteront dans l’histoire de la littérature de voyage sous le titre de Rihla.

Et vous? Avez-vous déjà lu certains de ces titres? Vous avez prévu des lectures spécifiques pour le Mois de l’Imaginaire? 

Bon mois de lecture et à bientôt!

 

14 réflexions sur “Dans ma PAL : Octobre 2020

  1. PAL d’octobre très équilibrée entre SFFF, Histoire, romans, BD et manga je trouve.
    Es-tu allée à Pompéi quand tu étais à Naples? J’ai trouvé ça incroyable, et bien complété par la visite du musée de Naples.
    Le manga me tente bien. J’attends ton avis avec joie contenue, de même que pour le livre sur Ibn Battuta.
    De mon côté, il y aura Je suis fille de rage 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis Fille de rage était excellent ! J’ai eu un véritable coup de cœur. Oui, je suis allée en 2012 à Campanie. J’ai adoré ce voyage d’autant plus que j’ai eu la chance de visiter Pompei avec ma prof d’Histoire Romaine. En revanche, j’étais un peu déçue car certaines maisons n’étaient pas ouvertes à Pompei et certaines salles aussi dans le Musée de Naples par manque de personnel. Étant donné que l’Europe a financé un projet pour 105 millions d’euros, je pense que cet aspect a dû être amélioré depuis (du moins, j’espère !).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s