Radium Girls de Cy

Quatrième de couverture : 

La découverte du radium fait une entrée fracassante dans les Etats-Unis des années 1920. 

L’élément miracle, découvert par Marie Curie, baigne l’Amérique de son aura phosphorescente. 

1918, Edna Bolz s’installe aux côtés de Grace, Katherine, Mollie, Albina et Quinta devant les établis d’USRC. Elles vont y peindre minutieusement leur quota de cadrans de montres, avec cette peinture si spéciale qu’elle permet de lire l’heure dans le noir. 

Lip. Dip. Paint. 

Trois mots, trois gestes qui les mèneront à leur perte. 

Editeur : Glénat

Nombre de pages : 144

Prix : 22,00€

Date de publication : 26 Août 2020

Mon Avis : 

J’avais découvert l’histoire des Radium Girls grâce à la newsletter de Sciencetips qui en parlait ainsi qu’un petit reportage sur France Culture. Aussi, quand cette bande dessinée est sortie l’année dernière, j’étais très curieuse de la découvrir. 

Dans les années 20, l’entreprise américaine USRC (United States Radium Corporation) localisée à Orange, dans le New Jersey est florissante. Spécialisée dans la fabrication de peinture fluorescente au radium, elle fournit un grand nombre d’emplois notamment à Edna Bolz qui vient tout juste d’être recrutée. La jeune femme fait ainsi la connaissance de ses nouvelles collègues Katherine, Mollie, Albina, Quinta et Grace. Et c’est cette dernière qui la forme au métier : à première vue, il n’est pas très compliqué mais le rendement est élevé. Chaque ouvrière doit ainsi peindre les lettres de 250 cadrans d’horloge par jour à la peinture fluorescente. Or, ce produit coûte cher et leur employeur leur demande d’appliquer la technique du Lip (lisser le pinceau avec les lèvres), dip (prendre la peinture) and paint (peindre les lettres) pour faire des économies. Jour après jour, les ouvrières ingèrent donc de petites quantités de radium…

Le radium, produit « miracle »

Aujourd’hui, la dangerosité du radium est connue. Mais, en 1918, cela fait à peine une vingtaine d’années que cette substance a été découverte par Pierre et Marie Curie et l’on manque de recul sur ses effets néfastes. Pis, l’industrie s’empare de ce produit et met en avant ses propriétés soi-disantes miraculeuses. Il n’est donc pas rare de trouver dans le commerce des crèmes anti-ride, des sodas ou des vêtements au radium.

Sa propriété luminescente est également exploitée et pendant la Première Guerre Mondiale, elle a d’ailleurs fait la fortune de l’entreprise USRC. Cette dernière a mis au point une peinture Undark. Une fois appliquée sur les chiffres de cadrants de montre, elle permettait à son possesseur de voir l’heure en pleine nuit. Inutile de vous dire que l’Armée américaine a été très intéressée par ce produit!

De la santé des travailleurs VS le profit

C’est dans ce contexte que Grace, Katherine, Mollie, Albina, Quinta et Edna travaillent dans l’entreprise USRC et sont chargées d’appliquer la peinture sur les cadrants de montre selon la technique décrite dans le synopsis. Or, travaillant sans protection, le radium se dépose progressivement sur leur visage, leurs mains, leurs cheveux et leurs vêtements : elles sont alors surnommées les ghost girls par les habitants d’Orange car elles brillent littéralement dans la nuit.
D’ailleurs, petite parenthèse : la couverture de la bande dessinée est elle aussi luminescente! Si vous la plongez dans le noir, vous verrez certains détails briller comme les visages des protagonistes et le titre Radium Girls sur le plat ainsi que les cadrans des montres sur la quatrième de couverture.

Après plusieurs années, les effets du radium sur la santé des ouvrières ne tardent pas à se faire ressentir : elles tombent malades et meurent les unes après les autres. L’utilisation de la peinture Undark est vite pointée du doigt. Mais, la direction de l’USRC refuse de le reconnaître par peur d’être accusée d’avoir mis sur le marché des produits dangereux. Les ouvrières vont alors attaquer en justice leur ancien employeur et faire avancer le droit du travail :

  • Dans le New Jersey, il existait un délai de prescription de cinq mois pour dénoncer une maladie développée dans le cadre du travail. Passé ce délai, l’ouvrier(e) ne pouvait plus porter plainte contre son employeur. Or, cette loi a été abrogée.
  • L’Histoire des ouvrières de l’USRC a également permis de faire avancer les recherches scientifiques sur le radium et de ses conséquences sur la santé. Ainsi, le Radium jaw a été officiellement reconnue comme une maladie professionnelle en 1924. Et l’utilisation du radium dans l’industrie sera règlementée à partir de 1932.
La souffrance du personnage exprimée dans la dernière case m’a beaucoup fait penser au tableau Guernica de Picasso

De la condition féminine dans les années 20

Enfin, à travers sa bande dessinée, Cy dénonce également les discriminations sexistes subies par les ouvrières dans la société américaine :

  • La direction de l’entreprise ne méconnaît pas complètement les dangers du radium puisque les cadres en majorité des hommes sont protégés par des gants et des masques (même si l’on sait aujourd’hui que ces équipements sont bien dérisoires face aux rayonnements). Les ouvrières, quant à elles, ne bénéficient d’aucune protection.
  • Quand elles tombent malades et meurent, la direction de l’entreprise refuse de reconnaître que le radium est en cause et les accuse de mener une mauvaise vie et d’avoir contracté la syphilis.
  • Enfin, lorsqu’elles se rendent à la plage pour s’amuser et nager dans l’océan, un policier vient mesurer la taille du maillot de bain de Mollie. Il la menace de lui mettre une amende car il juge son vêtement trop court et indécent.

En conclusion, j’ai beaucoup apprécié la bande dessinée de Cy : elle expose de manière claire, documentée et précise l’histoire des Radium Girls tout en dénonçant les préjudices et les discriminations qu’elles ont subis dans la société américaine des années 20. Les dessins crayonnés possèdent un camaïeu certes restreint entre le violet et le vert (radium!) mais sont également très expressifs et agréables à regarder. Ils donnent beaucoup d’humanité à ses personnages. Bref, c’est une bande dessinée que je conseille!

Pour aller plus loin : https://youtu.be/xJlbIUx6u0Q 

Autres avis : 

Chut Maman lit!

Yuyine 

12 réflexions sur “Radium Girls de Cy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s