Dans ma PAL : Mai 2021

Coucou tout le monde, 

Je reviens vers vous pour vous présenter mes lectures du mois de mai. Et j’ai vraiment grand hâte de commencer tant ce nouveau programme me fait envie! J’espère qu’il en sera de même pour vous! Outre les reports de lectures du mois d’avril, j’ai surtout prévu deux Lectures Communes avec des Blogopotes! Ça va être super et convivial!

Allez, c’est parti!

Biotanistes d’Anne-Sophie Devriese chez ActuSF. Service Presse.

Quatrième de couverture :

Quelque part dans le futur.

La terre est sèche. Des grappes d’humains survivent dans les dernières oasis. Terminé les ruisseaux, terminé les animaux, terminé… la domination masculine. Parce qu’elles semblent être les seules à survivre à une maladie qui décime l’humanité, les femmes ont pris le pouvoir et les hommes sont relégués au rang de reproducteurs.

Rim, jeune sorcière élevée au convent, voit son premier saut dans le passé approcher avec impatience et fébrilité : et si elle n’atterrissait pas en zone utile et devait renoncer pour toujours à voyager dans le temps ? Et puis, qui est Alex, cette nouvelle venue qui la déroute tant, la pousse à reconsidérer ses certitudes ? Et si… Et si les hommes, en vérité, pouvaient survivre au fléau ?

Le sang de la cité (Tome 1) de Guillaume Chamanadjian, chez les Forges de Vulcain. Lecture commune avec Célinedanaë, Lune et Vanille. 

Quatrième de couverture : 

Enfermée derrière deux murailles immenses, la Cité est une mégalopole surpeuplée, constituée de multiples duchés. Commis d’épicerie sur le port, Nox est lié depuis son enfance à la maison de la Caouane, la tortue de mer. Il partage son temps entre livraisons de vins prestigieux et sessions de poésie avec ses amis. Suite à un coup d’éclat, il hérite d’un livre de poésie qui raconte l’origine de la Cité.
Très vite, Nox se rend compte que le texte fait écho à sa propre histoire. Malgré lui, il se retrouve emporté dans des enjeux politiques qui le dépassent, et confronté à la part sombre de sa ville, une cité-miroir peuplée de monstres.

Les tambours du dieu noir de P. Djéli Clark chez l’Atalante. Service Presse. Lecture Commune avec Célindanae, Lune et Vanille. 

Quatrième de couverture : 

Louisiane. Années 1880. Tandis qu’une guerre de Sécession interminable démantèle les États-Unis d’Amérique, un complot menace La Nouvelle-Orléans, territoire indépendant libéré de l’esclavage, au cœur duquel les Tambours du dieu noir, une arme dévastatrice jalousement gardée, attisent les convoitises. Il faudra tout le courage et la ténacité de Jacqueline « LaVrille » – jeune pickpocket qui rêve de découvrir le monde –, ainsi que la magie ancestrale des dieux africains qui coule dans ses veines, pour se faire entendre et éviter le désastre.

Le Caire. 1912. Depuis une cinquantaine d’années, les djinns vivent parmi les hommes et, grâce à leur génie mécanique, l’Égypte nouvelle s’est imposée parmi les puissants. Ce qui ne va pas sans complications… Pour preuve l’étrange affaire du djinn du Caire, que se voit confier Fatma el-Sha’arawi – agente du ministère de l’Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles – quand un djinn majeur est retrouvé mort. Suicide ? Trop évident. C’est une machination diabolique que Fatma va mettre au jour.

Du Roi, je serai l’assassin de Jean-Laurent Del Socorro chez ActuSF. Service presse. 

Quatrième de couverture : 

Espagne, Andalousie, XVIe siècle. La Reconquista est terminée. Charles Quint règne sur une Espagne réunifiée et catholique. Sinan est un enfant qui vit avec sa sour jumelle, Rufaida à Grenade. Musulmans convertis par nécessité à la religion catholique, sa famille les envoie à Montpellier pour échapper à une Inquisition toujours plus féroce. Là-bas ils tomberont dans une France embrasée par les guerres de religion…

Golden State de Ben H. Winters chez ActuSF. Service Presse. 

Quatrième de couverture : 

Imaginez que mentir soit puni par la loi. D’être obligé de consigner par écrit vos faits et gestes quotidiens pour preuve.

Bienvenue dans le Golden State, une Californie alternative et souveraine qui a décidé de placer ses habitants sous haute surveillance… avec leur propre bénédiction. Laszlo Ratesic fait partie du Service Spéculatif depuis 19 ans. Il n’est pas un policier comme les autres : son travail consiste à s’assurer que la vérité est respectée en toutes circonstances.

Pour cela, il possède un don particulier, une sorte de sixième sens qui lui permet de deviner quand la personne en face de lui ment. Mais surtout, son service est l’un des rares à pouvoir spéculer, une discipline risquée car flirtant avec le mensonge, afin de mener à bien ses enquêtes. Sa dernière affaire concerne la mort suspecte d’un homme, tombé d’un toit.

Aidé pour cela de la jeune recrue Aysa Paige, Laszlo va plonger dans un nœud de contradictions et de mensonges qui le poussera à s’interroger sur la nature même du Golden State.

Le bateau de Palmyre, quand les mondes anciens se rencontraient, VIème siècle av. J.-C./VIème Ap. J.-C. De Maurice Sartre chez Tallandier

Quatrième de couverture :

Où sont allés les plus aventureux des Phéniciens, des Egyptiens, des Grecs, des Romains ? Certains ont-ils déjà fait le tour de l’Afrique ? Que connaissent-ils à la fin de l’Antiquité du reste de la Terre habitée ? Où sont arrivés Indiens et Chinois ? Ces questions sont essentielles pour connaître l’étendue et l’intensité des relations entre les grandes civilisations. Dès l’Antiquité, Europe, Afrique et Asie étaient en contact.
Il n’a pas fallu attendre Marco Polo ou les Grandes Découvertes pour voir des hommes et des femmes se déplacer et échanger marchandises et savoirs à très longue distance. De l’Islande au Vietnam, des côtes d’Afrique aux steppes de Mongolie, poussés par le vent de mousson comme le bateau du Palmyrénien Honaînû en route pour l’Inde ou au rythme lent des caravanes contournant le bassin du Tarim, marins, marchands ou ambassadeurs parcourent et décrivent des pays lointains.
Ce que les Grecs connaissent et reçoivent de l’Inde, ce que les Chinois savent de Rome, ce que l’Inde emprunte à l’art la pensée grecs, sans négliger les et à expéditions dirigées l’Europe du Nord ou l’Afrique vers subsaharienne, se découvre, l’on un monde où méconnu trouve aussi bien des Indiens égarés sur les côtes danoises que des Grecs emportés par les vents à Zanzibar ou à Ceylan, tandis qu’un ambassadeur chinois hésite à se lancer sur le golfe Persique.

Le peuple du grand chariot de William Lindsay Gresham, chez Le passager clandestin. 

Quatrième de couverture : 

En 1953, William Lindsay Gresham imagine un monde où les parias d’hier détiennent la clé de la survie de l’humanité.

Les dragons de Venise de Kévin Monfils chez Le Héron d’Argent. (Celui-là, j’ai particulièrement TRÈS envie de le lire!)

Quatrième de couverture : 

Venise, XIVe siècle : la cité des Doges rayonne dans sa gloire. L’alliance immémoriale de la ville italienne avec le peuple des dragons assure sa puissance. Arrimés aux galères de guerre, les reptiles ailés contribuent à l’expansion de l’empire vénitien sur les mers. La paix qui en résulte permet prospérité et bonheur à tous. Des sirènes batifolent dans les canaux de la Sérénissime, tandis que des licornes galopent dans ses ruelles splendides.
Le lion de Saint-Marc fait sa sieste en écoutant un lutin jouer de la mandoline, à l’ombre des hauts dômes de la basilique. Mais les puissants sorciers de la cité de Gênes, la rivale de Venise, ourdissent un terrible complot. Alors que la ville en liesse se prépare à festoyer pour le Carnaval, tout va basculer…

La chute d’Anthemisa de Gustave Auguste. Financement participatif. 

Quatrième de couverture : 

Préservée des luttes qui tourmentent l’Europe, l’île d’Anthemisa est devenue le plus célèbre joyau
de la Méditerranée. Son jeune régent, Lazare Dellecroix, vit sans se douter des scandales qui nécrosent sa cour depuis trop longtemps. Malgré l’aide de son épouse Diane et du chancelier Enzo Arcimaldi, la chute semble inéluctable.

Pressé par la menace d’alliés devenus carnassiers, le pouvoir cède peu à peu à la panique et déclenche une chasse aux traîtres qui bouleversera jusqu’aux plus vieilles amitiés, au nom du secret millénaire de l’île : une force venue du ciel que toutes les
nations convoitent…

Voilà voilà! Est-ce que vous en avez déjà lu? Certains vous font envie? Dites-moi tout en commentaires! 

Bonnes lectures!

19 réflexions sur “Dans ma PAL : Mai 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s