La vie quotidiennne des soldats romains à l’apogée de l’Empire de Yann Le Bohec

Quatrième de couverture : 

Yann Le Bohec nous plonge dans la vie quotidienne des soldats romains à l’apogée de l’empire, de 31 av. J.-C. à 235 ap. J.-C. : qui étaient les hommes recrutés pour faire la guerre, comment se déroulait une journée au camp, comment les soldats conciliaient leur religion et leur métier, leur vie familiale et leurs loisirs, quelles étaient les punitions, corvées, récompenses… A partir des sources disponibles (les textes des grands auteurs, l’épigraphie, la papyrologie et la numismatique), et des nombreuses et récentes découvertes des archéologues, notamment les ostraka, les papyrus et les tablettes, l’auteur nous permet de comprendre pourquoi l’armée romaine du Principat a atteint un niveau d’excellence sans exemple dans l’histoire.

Editeur : Tallandier

Nombre de pages : 336

Prix : 20,90€

Date de Publication : 5 Novembre 2020

Mon Avis : 

Cet été, je voulais me lancer dans un défi d’écriture et relever celui de L.A. Braun paru à Livr’s éditions sous le sujet « Nouvelles du Front ». Comme vous le savez, cela fait un an environ que j’ai renoué avec l’Histoire Romaine et je voulais inscrire mon projet dans cette période. Je ne suis pas très au fait de l’Histoire militaire préférant davantage les aspects socio-économiques et culturels d’une civilisation. Toutefois, l’ouvrage de Yann Le Bohec pouvait me renseigner suffisamment pour donner un cadre à mon histoire et plusieurs pistes d’intrigue. La vie quotidienne des soldats Romains à l’apogée de l’Empire a su parfaitement remplir son office. 

Yann Le Bohec, spécialiste de l’Armée Romaine

Quiconque s’intéresse de près à l’Histoire Romaine sait que Yann Le Bohec est reconnu comme l’un des plus grands spécialistes de l’Armée et de l’Afrique Romaine : il a non seulement écrit sa thèse sur le sujet (L’Armée Romaine en Afrique) mais une grande partie de son impressionnante bibliographie (disponible ici) concerne ces deux sujets.

  • En 1989, il avait déjà publié L’armée Romaine sous le Haut Empire, un ouvrage dont la période étudiée allait du règne d’Auguste au Ier siècle avant J.-C. à celui de Dioclétien au début du IVème siècle après J.-C. Toutefois, l’approche était plus globale car Yann Le Bohec s’était intéressé à l’Armée Romaine en tant qu’Institution qui a joué un rôle pas seulement militaire et de maintien de la paix mais aussi politique et culturel au sein de l’Empire.
  • Dans La vie quotidienne des soldats Romains à l’apogée de l’Empire, la chronologie est plus réduite (elle va jusqu’en 235 après J.-C. soit jusqu’au règne de Sévère Alexandre) mais il n’y a rien d’étonnant à cela puisque sinon, il aurait empiété sur l’un de ses précédents ouvrages paru en 2009, L’Armée romaine dans la tourmente. Pour en revenir au livre qui nous intéresse, Yann Le Bohec s’est au contraire plutôt concentré sur l’individu et sa carrière et le lecteur suit ainsi le soldat romain de son recrutement dans l’Armée à 18-21 ans jusqu’à sa retraite autour des 40 ans. 

Un ouvrage passionnant et bien documenté…

Sur la forme, La vie quotidienne des soldats Romains à l’apogée de l’Empire est parfaitement bien agencé : les chapitres suivent un ordre logique et collent parfaitement au sujet. Sur le fond, grâce à des exemples précis tirés de différentes sources (littéraire, épigraphique, archéologique, numismatique, etc…) et à une bibliographie exhaustive (de 25 pages tout de même!), le lecteur peut ainsi entrapercevoir de manière concrète la vie quotidienne des soldats romains. Il va ainsi savoir comment ils sont recrutés dans l’Armée, quels sont les corps qui la composent et comment elle est dirigée. Il va aussi appréhender une journée classique d’un soldat dans son camp une fois qu’il a été affecté, ce qu’il va porter (vêtement, équipement, armes, etc…), ce qu’il va manger, comment il va occuper son temps et connaître son rôle, ses croyances, sa culture, ses loisirs ou les cérémonies auxquelles il assiste. Toutefois lorsque la confrontation avec des ennemis est inévitable (contrairement aux idées reçues, l’armée romaine n’était pas toujours en guerre mais avait plutôt un rôle de dissuasion et de maintien de la paix civile), Yann Le Bohec démontre comment le soldat la vit, comment il s’est préparé et comment il combat que ce soit dans un cadre offensif ou défensif. Enfin, pour ceux qui ont survécu après un service militaire de 25-30 ans, l’auteur aborde la vie de ceux qui deviennent vétérans jusqu’à leur mort. 

J’ai également beaucoup apprécié que l’ouvrage déconstruise des croyances au sujet de l’armée et pour cela, il n’hésite pas à se confronter à des thèses développées par d’autres historiens. Je citerai un exemple : 

  • Si l’Armée romaine possédait de fortes compétences en génie civil (construction de camps temporaire ou durable, des routes, des ponts, etc…), elle ne le faisait pas pour faciliter la vie des citoyens ordinaires mais pour elle-même en premier lieu. En effet, ces infrastructures lui servaient d’abord pour se déplacer plus rapidement au sein de l’Empire et aussi pour se protéger même si certaines ont été utilisées après coup par des civils. Je vais lire très prochainement Le génie civil de l’Armée romaine de Gérard Coulon et de Jean-Claude Golvin : je verrai ainsi comment se placent ces deux auteurs par rapport à cette problématique.

… mais non exempt de défauts.

Bien que La vie quotidienne des soldats Romains à l’apogée de l’Empire possède des qualités, j’ai parfois été déstabilisée par certains défauts : 

  • J’ai constaté de nombreuses redites entre les chapitres. Rien de vraiment étonnant à cela : un ouvrage d’Histoire n’a pas toujours vocation à être lu de A à Z de façon linéaire. Lorsque j’étais étudiante, je n’en avais pas toujours le temps et je picorais les informations dont j’avais besoin immédiatement. Maintenant que l’Histoire est devenu un loisir, je peux davantage me permettre de lire un ouvrage en entier mais les redites que j’ai constatées peuvent être fastidieuses. 
  • Enfin, je ne suis pas très au fait de l’Histoire militaire. J’ai donc des lacunes dans ce domaine et je dois avouer que la partie sur la hiérarchie au premier chapitre ne m’a pas paru très claire. Aussi, je conseille la lecture de la troisième partie de l’Infographie de la Rome Antique de Nicolas Guillerat et de John Scheid dédiée à la puissance militaire romaine qui est beaucoup plus pédagogique et facile d’accès. 

En conclusion, le nouvel ouvrage du spécialiste de l’Armée romaine Yann le Bohec et dédié à La vie quotidienne des soldats romains à l’apogée de l’Empire s’est révélé être passionnant. Bien documenté et argumenté avec des exemples précis tirés des sources antiques, le lecteur peut ainsi appréhender le sujet de manière très concrète. Si cet ouvrage possède beaucoup de qualités, il n’est pas exempt de défauts non plus comme en témoignent quelques redites entre chapitres et certains passages peu clairs. Cela ne m’empêchera pas toutefois de continuer sur ce sujet nouveau pour moi car j’ai bien l’intention de lire prochainement Le génie civil de l’Armée romaine cité plus haut.

13 réflexions sur “La vie quotidiennne des soldats romains à l’apogée de l’Empire de Yann Le Bohec

  1. Malgré les quelques défauts pointés, je comprends ton enthousiasme cat je garde un très bon souvenir des parutions de Yann Le Bohec, qui en plus d’être brillant dans son domaine avait souvent une plume fort agréable, chose assez rare à une époque chez les historiens pour le souligner ^^!
    Tu vas t’attaquer à quoi maintenant ?

    Aimé par 1 personne

    1. En Histoire, tu veux dire? Je vais lire l’ouvrage écrit par mon professeure d’Histoire Romaine et dont je garde un superbe souvenir : Rome, maîtrise de l’espace, maîtrise du pouvoir. J’ai réussi à la trouver en occasion car il n’est plus édité.

      Aimé par 1 personne

  2. L’armée romaine ayant été mon sujet d’étude, je ne recommanderais pas Le Bohec, sauf pour sa facilité de lecture (chose qui manque cruellement aux historiens). Il utilise trop de biais faciles. Après ses dernières parutions se sont peut être améliorées sur ce point. Cet article a attisé ma curiosité du coup, je vais me pencher sur cet ouvrage!

    Aimé par 1 personne

  3. Hum, l’armée romaine ayant été mon sujet d’étude, je ne recommanderais pas Le Bohec…sauf peut-être pour sa plume agréable (ce qui est assez rare chez les historiens pour être souligné). Il y a souvent trop de biais et d’erreurs (parler d’Iraniens pour désigner les Parthes puis les Perses, ça m’a définitivement fait grincer des dents).
    Après, il a peut être corrigé certaines choses dans sa méthode. Cet article m’a donné envie d’aller voir malgré mon appréhension naturelle envers Monsieur Le Bohec.

    Aimé par 1 personne

  4. J’avais lu « L’armée romaine sous le Haut-Empire » que j’avais bien aimé, du coup cette « Vie quotidienne » m’intéresse aussi… merci pour ta chronique !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s