Zone Tampon d’Isabelle Bauthian

Quatrième de couverture : 

« L’ignorance est notre force, car elle nous rend vigilants.  » Telle est la devise de la ville fortifiée de Jacksonstadt, seule oasis au sein du désert hostile qu’est devenue notre planète après l’Effondrement climatique. Lisi, 17 ans, veut profiter d’une soirée de gala organisée par la mairie de Jacksonstadt et son beau-père Maati pour tenter d’impressionner le beau gosse du lycée avec sa belle répartie.
Mais un attentat la plonge dans un autre monde, celle de la fuite dans le désert avec sa demi soeur Soraya et le jeune prêtre Milen…

Editeur : ActuSF – Collection Naos

Nombre de pages : 404

Prix : 17,90€

Date de publication : 8 Octobre 2021

Mon Avis : 

Depuis que j’avais participé à plusieurs conférences des Imaginales dans lesquelles Isabelle Bauthian intervenait, j’avais très envie de lire l’un de ses romans. Je remercie donc les éditions ActuSF ainsi que Jérôme Vincent de m’en avoir donné l’opportunité et de m’avoir envoyé ce Service Presse. Même si je ne suis pas toujours très fan du genre Young Adult, j’ai adoré cette lecture tant ce roman s’est avéré être intelligent par son double-niveau de lecture et sa recherche d’alternatives aux clichés habituels du genre

Dans le futur, le société telle que nous la connaissons actuellement n’existe plus et s’est effondrée depuis bien longtemps. La Terre quant à elle, est devenue un immense désert dans lequel les derniers Humains tentent de survivre. Les plus privilégiés d’entre eux vivent dans la ville fortifiée de Jacksonstadt, un oasis dans le désert.
Lisi a seize ans et travaille très dur pour un jour intégrer les Belles familles qui dirigent la cité. Il faut dire qu’elle tente par tous les moyens de faire oublier son père jugé comme terroriste et elle veut alors démontrer son allégeance sans faille. Son meilleur atout est son beau-père Maati avec qui sa mère s’est remariée. Mais ses rêves sont réduits à néant après une attaque terroriste au cours de laquelle elle devient suspecte. Elle décide alors de fuir dans le désert, la fameuse Zone tampon avec sa demi-sœur de quatorze ans Soraya et le prêtre Milen, star déchue de Jacksonstadt…

Un roman Young Adult post-apocalyptique…

Le roman se déroule dans le futur et en Europe, peut-être dans la région de Toulouse (notamment en raison de la présence de personnages parlant un mélange d’espagnol et aussi parce que les protagonistes se trouvent à un moment donné sur un ancien site de construction d’avion). L’Europe est devenue un immense désert comme le Sahara et plusieurs indices permettent d’en savoir un peu plus sur les causes : une Troisième Guerre Totale couplée à une crise environnementale due au réchauffement climatique auraient abouti à l’Effondrement de la civilisation telle que nous la connaissons aujourd’hui. Plusieurs villes côtières ont été notamment rayées de la carte en raison de la montée des eaux et l’augmentation de la température a fait disparaître tout un écosystème désertifiant ainsi les terres (le roman se déroule en hiver et la température est de 40°C!). Ces catastrophes ont entraîné une chute démographique sans précédent de l’Humanité et a provoqué un fort mouvement migratoire vers l’Europe, appelés les Déplacés. Ceux qui ont survécu tentent donc de survivre dans différentes sociétés très différentes les unes des autres mais j’aurais l’occasion de revenir dessous plus tard. 
Lisi a seize ans et est une descendante des Pionniers qui ont fondé Jacksonstadt tandis que sa demi-sœur Soraya de quatorze ans est une Déplacée qui grâce aux sacrifices de son père Maati, a pu obtenir son sésame et vivre dans la cité lorsqu’elle était encore une enfant. Enfin, Milen a vingt-quatre ans et fait partie des Grandes Familles : il a reçu une excellente éducation et possède un véritable charisme qu’il a mis au service de sa Foi. Devenu prêtre, ses discours ont fait sa renommée. Ils vont se retrouver tous les trois à fuir le cocon de Jacksonstadt après un attentat. 

… qui surpasse les clichés du genre …

j’ai lu déjà quelques romans Young Adult post-apocalyptiques et je dois dire qu’ils avaient tous en commun les mêmes mécanismes :
– un adolescent ou une adolescente vivent dans une société totalitaire injuste.
– un élément déclencheur les pousse à réagir et leur ouvre les yeux.
– il ou elle détruisent le système qui les opprime et deviennent des héros. 

Zone Tampon n’échappe pas à ces règles et est un roman d’initiation qui va faire évoluer les trois personnages principaux : chacun possède une personnalité très affirmée et très différente les unes des autres  (Lisi est conformiste et acquise à Jacksonstadt ; Soraya est idéaliste et en quête de justice : Milen est un révolutionnaire qui veut détruire sa ville d’origine). Mais chacun va se remettre en question au contact de l’autre et au fur et à mesure de leurs échanges. J’ai trouvé ce roman très subtil car l’autrice évite certains clichés sur les personnages comme le prêtre qui s’avère être très humain et souhaite amener ses fidèles à la réflexion (bien loin du prêtre fanatique qui veut convertir de manière aveugle ses ouailles).

Par ailleurs, au cours de leurs pérégrinations, les trois personnages vont faire la connaissance de diverses sociétés qui s’avèreront finalement très nuancées

  • La cité de Jacksonstadt est considérée par les Déplacés qui survivent dans la Zone tampon comme la Terre Promise (comme Maati qui a dû faire de nombreux sacrifices pour mettre à l’abri sa fille) : la population est nourrie correctement, est en bonne santé grâce aux antibiotiques et aux vaccins et a accès à l’éducation. En contrepartie, elle est une société eugéniste (les personnes dires « fragiles » sont éliminées), contrôle ses naissances, mène une politique migratoire très restrictive et étouffe par la mort ou l’exil la moindre contestation. 
  • Les Comanches dans la Zone Tampon sont au contraire un peuple de nomades qui se sont fédérés pour lutter contre les mauraudeurs (des pilleurs sans foi ni loi qui tuent et pillent sans vergogne). Chaque membre de la Communauté possède son libre-arbitre et survit grâce à la solidarité des uns et des autres. Leur leader est une femme d’une soixantaine d’années prénommée Louise qui refuse de se reconnaître comme telle. En contrepartie, ce peuple a du mal à survivre correctement, ils souffrent de la faim et de diverses maladies. 
  • Les gens enfermés dans un bunker ont vécu en sécurité et ont eu accès à la nourriture et à l’eau. Mais, ils sont morts car ils étaient isolés et n’avaient pas de médecin pour soigner leur maladie. 
  • Enfin, le village derrière les éoliennes est un autre modèle : les habitants prennent les décisions de manière démocratique et se sont adaptés à leur environnement (maison en pisé, par exemple). Ils tentent de dépolluer les sols pour pouvoir repartir à zéro. Le seul problème, c’est que ce modèle ne fonctionne qu’en comité restreint et les habitants ne semblent pas être véritablement capables de réagir face à la violence. 

… et mène son lecteur à la réflexion. 

Zone Tampon est un roman engagé qui aborde différents sujets de réflexion :

  • Environnemental : il s’agit d’un plaidoyer pour changer rapidement nos modes de vie actuels car sans cela, notre monde et notre société courent à la catastrophe. Nous pouvons déjà nous en rendre compte aujourd’hui avec l’augmentation globale des températures et les catastrophes naturelles de plus en plus violentes (inondations, tempêtes, etc…). En décrivant le quotidien de nos descendants, Isabelle Bauthian tente de faire prendre conscience à son ou sa lecteur(ice) qu’il faut agir et vite. Elle démontre ainsi que les actions peuvent être faites individuellement et qu’une personne à son niveau peut faire changer les choses. 
  • Sociétale : Isabelle Bauthian décrit plusieurs sociétés alternatives dans son roman. Toutes ne sont pas parfaites : elles ont des qualités et des défauts. Et les sociétés de demain devront mettre l’accent sur les défis suivants à relever : certes, assurer les besoins fondamentaux des individus (nourriture, eau, sécurité et soin) mais aussi être démocratique, faire preuve de solidarité et d’accueil les uns les autre tout en s’adaptant à son environnement pour minimiser son impact écologique. Par ailleurs, cela ne peut fonctionner par une Révolution qui détruirait les fondations d’une société mais plutôt par des changements internes et progressifs. 

En conclusion, j’ai beaucoup apprécié le roman Zone tampon : certes, il s’agit d’une roman Young Adult post-apocalyptique dont l’intrigue est relativement classique (que ce soit dans la structure du récit ou les causes de l’effondrement de la société). Mais l’originalité réside surtout dans le fait qu’il évite certains clichés : les personnages ne sont pas stéréotypés, ils possèdent des personnalités bien affirmées et confrontent souvent leurs idées ce qui les fait profondément évoluer ; quant à la société de Jacksonstadt dite plus dictatoriale, elle est très nuancée. Le roman offre également plusieurs axes de réflexion à son lecteur(ice) sur des questions environnementale ou sociétale ce qui les aide dans la construction de leur identité, de leur personnalité et de leur conscience politique ; chacun sait d’ailleurs que certains livres lus dans son adolescence peuvent être marquants et avoir des répercussions importantes dans leur vie d’adulte. J’espère que Zone Tampon sera l’un de ceux-là. 

5 réflexions sur “Zone Tampon d’Isabelle Bauthian

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s