Rétrospective littéraire : Décembre 2021

Coucou tout le monde, 

j’espère que vous passez de bonnes fêtes de fin d’année? Voici le dernier bilan mensuel de l’année et par rapport aux autres derniers mois, il est un peu plus riche. En effet, j’ai eu le temps de lire pendant les vacances de Noël et surtout de rattraper mon retard. Par ailleurs, j’ai fait le bilan de mes meilleures lectures SFFF et il semblerait que vous ayez eu beaucoup d’intérêt pour cet article. Et enfin, je vous ai également présenté ma liste de lecture pour le Challenge Winter Short Stories of SFFF 2021 organisé par Célindanaë. 

Allez, c’est parti!

Ordalie (Tome 3) de Morgan of Glencoe chez ActuSF. Service Presse

Malgré quelques longueurs et redondances dans le récit, Ordalie est une nouvelle fois une réussite : menée par une écriture fluide, un univers développé, des personnages intéressants et attachants, une réflexion menée sur le possible devenir de notre propre société au travers de la description de Keltia et la fin qui donne envie de connaître la suite, j’ai pris une nouvelle fois beaucoup de plaisir à me plonger dans ce troisième tome. J’ai donc hâte découvrir le prochain opus. 

Ad Romam, le camp du légionnaire d’Allali, Bertorello, Espinosa et Stoffel chez Plein Vent. Service Presse. 

Outre le fait que j’ai été désagréablement surprise d’apprendre qu’il s’agissait d’un troisième tome alors même que rien ne l’indiquait, je suis restée un peu circonspecte et dubitative à l’issue de ma lecture. Si j’ai apprécié certains planches de toutes beauté ou découvrir de nouveaux sites archéologiques comme celui de La Turbie ou Eze que je ne connaissais pas, en revanche, j’ai été un peu plus refroidie par le manque de crédibilité au niveau des personnages ou des dialogues. Je ne pense pas que je continuerai la série en lisant les deux premiers tomes même si l’un d’entre eux s’intéresse de près à l’un de mes personnages historiques préférés : Auguste. 

La maison romaine de Jean-Pierre Adam chez Honoré Clair

La maison romaine de Jean-Pierre Adam est autant un très bel objet pour agrémenter sa bibliothèque qu’un outil pédagogique passionnant pour aborder le sujet. J’ai eu un véritable coup de coeur pour cet ouvrage notamment pour les magnifiques photos des sites archéologiques et les modélisations 3D qui permettent de visualiser l’organisation d’une maison romaine au Ier siècle de notre ère. Le texte est également très bien documenté et m’a permis de renouveler mes connaissances.

Quitter les monts d’automne d’Emilie Querbalec chez Albin Michel Imaginaire

Après un début très prometteur qui m’avait complètement dépaysée, j’ai été quelque peu surprise par le changement de registre passant du Planet opera au Space opera. L’univers perd alors en originalité avec un sentiment de déjà vu ; quant à l’intrigue, elle possède beaucoup de longueurs et je me suis un peu ennuyée. Heureusement, le tout est rattrapée par un dénouement plutôt réussi qui donne quelques révélations sur le passé de Kaori et sur la compréhension de la société tasaienne.

Frontière[s], Anthologie des Imaginales 2021 dirigée par Stéphanie Nicot

Je reste assez partagée par la nouvelle Anthologie des Imaginales dirigée par Stéphanie Nicot sur le thème des Frontière[s]. En effet, je n’ai pas accroché à six textes environ sur les quatorze. En revanche, les nouvelles de Paul Beorn et d’Estelle Faye se démarquent car j’ai eu un petit coup de coeur pour elles tandis que j’ai beaucoup apprécié celles de Thibaut Latil-Nicolas, Rachel Tanner, Patrick Moran, Ariel Holzl, Johan Héliot et Floriane Soulas. Bref, à vous de vous faire votre propre opinion. 

Quatrième de couverture : 

Destination : L’atelier d’Ada Lovelace et de Charles Babbage, à Londres, première moitié du XIXe siècle. Une machine vient de voir le jour. Une machine que Charles veut aussitôt débrancher. Ada s’y oppose. Cette machine est unique en son genre. Mais en quoi est-elle si différente ? Et quel sort peut attendre une machine si spéciale, à l’ère du romantisme et de la révolution industrielle ?

Editeur : 1115

Nombre de pages : 32

Prix : 6,40€ – Pack Fantastique

Date de publication : 3 Juin 2020

Mon Avis : 

Dans cette nouvelle de science-fiction, Jean-Laurent Del Socorro met à l’honneur Ada Lovelace (1791-1852), mathématicienne et première programmeuse au monde. Catherine Dufour a également écrit un ouvrage sur elle, Ada ou la beauté des nombres qui se trouve également dans ma PAL et que j’ai prévu de lire en 2022.

Pour en revenir à Jean-Laurent Del Socorro, il a imaginé que la machine conçue par Ada Lovelace et un autre mathématicien Charles Babbage prenne conscience à l’instar de la créature du Docteur Frankenstein imaginée par Mary Shelley. Un hasard? Et non car Ada Lovelace est aussi la fille de Lord Byron! Ce même poète qui est à l’initiative d’un concours littéraire lors d’une soirée à laquelle participait également Mary Shelley qui va écrire les prémices de son roman Frankenstein ou le Prométhée moderne

Le titre de la nouvelle La Machine différente fait référence à la véritable invention de Charles Babbage, la Machine à différences qui est une calculatrice mécanique et qui est considérée comme le premier ordinateur du monde. Celle de la nouvelle est différente dans le sens où elle prend conscience de son existence et a été nommée Ana par Ada Lovelace, Charles Babbage et l’ingénieur Joseph Clément. Si Ana ne peut ni voir ni se mouvoir, elle peut en revanche communiquer avec ses créateur(ice)s par le biais de l’écriture binaire composée de 0 et de 1, le même système utilisé par les machines de fabrique de broderie Jacquard. 

Enfin, l’auteur reprend des éléments de la biographie d’Ada Lovelace et justifie son comportement (son addiction au jeu, son côté dépensier, etc…) par le fait qu’il lui faut des moyens financiers pour pouvoir continuer à travailler sur cette machine. 

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié cette nouvelle dans laquelle Jean-Laurent Del Socorro donne une grande place à Ada Lovelace qui n’était pas reconnue comme telle à l’époque victorienne (une femme devait avant tout se marier et avoir des enfants ce qu’elle a fait. Mais à vingt-cinq ans, sa passion pour les mathématiques la rattrape et la pousse à reprendre ses recherches). Les références littéraires sont également nombreuses ce qui enrichit le texte notamment avec les citations des poésies de Lord Byron ou le roman écrit par Mary Shelley. Et la chute est également réussi. Bref à découvrir! 

Quatrième de couverture : 

Un psy donne un exercice à son patient : raconter sa vie sous la forme d’une fable. L’homme s’exécute. Commence alors un récit mêlant fantasy, fantastique et introspection, avec humour et mélancolie.

Editeur : Les forges de Vulcain

Nombre de pages : 32

Prix : Gratuit. 

Date de publication : 10 Mai 2019

Mon Avis : 

C’est à l’occasion du financement participatif de la Librairie L’Antre de Calliopée à Aix en Provence que j’ai reçu cette petite nouvelle et que j’ai décidé de la lire dans le cadre du Challenge Winter of Short Stories SFFF 2021

Un homme dont on ne connaît pas le nom est chez une psychologue et a bien du mal à s’exprimer sur sa vie. La professionnelle lui donne donc pour exercice de rajouter des éléments de contes afin de l’aider à prendre du recul et à trouver les mots. 

Cette nouvelle est donc un assemblage de récits enchâssés : si le premier est peu détaillé et empreint d’humour caustique de la part de l’homme, peu à peu, il parvient à se livrer et à livrer à la psychologue (et au lecteur(ice)s) un nouveau récit plus détaillé touchant et émouvant. On comprend alors mieux les circonstances qui l’ont fait arriver à ce point : une mère à s’occuper, un mariage tardif et un enfant autiste. Sans être la meilleure nouvelle que j’ai lue de l’année, je me suis laissée emporter par l’écriture de Charles Yu et j’ai apprécié ma lecture.

Pour en finir avec ce bilan du mois de décembre, j’ai également lu les deux bandes dessinées La Bibliomule de Cordoue de Lupano et Chemineau ainsi que Et à la fin, ils meurent de Lou Lubie et un autre recueil, le volume 1 de l’Anthologie de nouvelles Steampunk dédiée à l’Ecologie et folie technologique. Je les chroniquerai en janvier et je vous retrouve demain pour la présentation de ma première PAL de 2022. 

Bon Réveillon à toutes et à tous!

8 réflexions sur “Rétrospective littéraire : Décembre 2021

  1. Merci pour ce chouette récapitulatif. Je suis heureuse d’avoir Ordalie dans ma PAL et l’idée de recevoir bientôt les Monts font que ce début d’année débute sous de meilleurs auspices!
    Je découvre aussi le del Soccoro…. je vais me procurer la nouvelle.
    Bonne Année 2022 Ana, et mes meilleurs voeux pour ta famille, ton blog et une main heureuse dans le choix de tes lectures.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s