Rétrospective littéraire : Mars 2022

Coucou tout le monde, 

J’espère que vous avez passé un bon mois de Mars? Pour ma part, j’ai pas mal lu malgré mon oral à préparer. Et j’ai presque fini mon programme : je suis encore en train de lire Maître des Djinns de P. Djéli Clark et il me reste juste Un éclat de givre que je repousse au mois d’avril. 

Allez, c’est parti!

Le club des Punks contre l’Apocalypse zombie de Karim Berrouka chez ActuSF. Service Presse

Le Club des Punks contre l’Apocalypse zombie m’a complètement bousculé dans mes habitudes de lectures que ce soit par la présence de zombies pas vraiment représentés sur mon blog mais aussi l’humour (je ne lis jamais de romans SFFF humoristique) ou la culture punk anarchiste. Karim Berrouka s’en prend pour notre plus grand plaisir à des symboles forts de notre société occidentale que ce soit le patronat, le capitalisme, la police ou les médias. Si j’ai moins aimé les délires mystiques des prophéties des Punks complètement à côté de la plaque, j’ai tout de même beaucoup apprécié ma lecture qui m’a fait prendre une bouffée d’air frais dans notre actualité pesante. Vous pouvez retrouver ma chronique complète ici

La ferme des animaux de George Orwell chez Folio

La ferme des animaux de George Orwell est un récit court d’une très grande richesse, très accessible mais surtout cynique. Reprenant la tradition de la fable animalière qui consiste à dénoncer les travers des Humains tout en donnant une morale à la fin, l’auteur anglais fait la satire de la Révolution russe de 1917 et du Stalinisme qui s’ensuit. Il montre ainsi comment un mouvement au départ idéaliste et positif (l’égalité pour tous, une meilleure distribution des richesses entre chaque membre, etc…) se transforme ensuite en dictature à cause de l’ambition et de la soif de pouvoir d’un faible nombre qui confisque le pouvoir. Si ce court roman fait directement référence au Communisme et au Stalinisme, il peut aussi être transposable pour d’autres révolutions ratées. Bref, un très bon outil à utiliser dans le cadre de l’enseignement. Vous pouvez retrouver ma chronique complète ici

Par delà l’horizon chez ActuSF

Je suis très partagée sur cette Anthologie que j’ai trouvée un peu déséquilibrée : d’un côté, j’ai un petit coup de coeur pour certaines nouvelles (Silène Edgar, Audrey Pleynet ou Ketty Steward) dans lesquelles j’ai su me plonger grâce à leur style d’écriture très plaisant, leur univers développé et leur thématique forte. D’un autre, je n’ai vraiment pas aimé d’autres textes soit parce qu’ils étaient hors-sujet par rapport à la thématique de l’Anthologie, soit parce qu’ils n’ont pas su me séduire. Bref, à vous de vous faire votre propre opinion maintenant! Vous pouvez retrouver ma chronique complète ici

A dos de crocodile de Greg Egan chez Le Bélial

À dos de crocodile de Greg Egan n’est pas ma novella préférée de la collection Heure Lumière mais elle se lit bien. Si j’avais quelques appréhensions sur le côté Hard SF, il n’en était rien finalement car les passages obscurs et techniques sont peu nombreux et ne nuisent pas à la compréhension générale du récit et de l’intrigue. Au contraire, j’ai apprécié l’univers assez originale que l’auteur a réussi à développer en moins de cent pages tout comme les considérations philosophiques qui parlent un peu mieux à la Littéraire que je suis! Vous pouvez retrouver ma chronique complète ici

Veggy vs Zombies de Lydie Wallon chez ActuSF. Service Presse

Veggy vs Zombies de Lydie Wallon est un roman one shot très maîtrisé : son univers développé est riche, son intrigue haletante et sans temps morts, ses personnages bien écrits, sa plume fluide et agréable à lire et les thématiques abordées s’inscrivent parfaitement dans notre actualité. Seul petit bémol pour moi, l’aspect romance n’est vraiment pas ma tasse de thé d’autant plus que j’ai trouvé ces quelques passages un peu mièvres. Bref, ce roman saura toutefois séduire la génération qu’elle vise. Vous pouvez retrouver ma chronique complète ici. 

Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphanie Fert chez Dargaud

Quatrième de couverture : 

En 1832, près de Boston, une « charmante et pittoresque » petite école pour jeunes filles accueille une vingtaine de pensionnaires. Eduquer les filles, c’est un peu ridicule et inutile, pense-t-on alors dans la région. Mais somme toute pas bien méchant. Jusqu’au jour où la « charmante école » annonce qu’elle accueillera désormais des jeunes filles… noires. Trente ans avant l’abolition de l’esclavage, les quelque quinze jeunes élèves de l’école Crandall vont être accueillies par une vague d’hostilité d’une ampleur insensée.
L’Amérique blanche a peur de certains de ses enfants.

Mon Avis : 

Cette bande dessinée est tirée d’une histoire vraie et les personnages cités dedans ont pour la plupart bien existé (à la fin de l’ouvrage, une postface énumère plusieurs biographies de l’institutrice aux anciennes élèves). Si je n’ai pas été très touchée par les dessins, j’ai au contraire beaucoup apprécié le récit émouvant qui met en scène le courage de cette institutrice blanche qui s’est battue pour pouvoir enseigner à des jeunes filles noires. Un enseignement qui portera d’ailleurs ses fruits puisque nombre d’entre elles continueront le combat à l’âge adulte soit en enseignant à leur tour, soit en défendant les droits des Noirs. Une bande dessinée à découvrir. 

Mercy (Tomes 1 à 3) de Mika Andolfo chez Glénat

Quatrième de couverture : 

Jusqu’à quel point peut-on changer par amour ? Alaska, fin du XIXe siècle. Hellaine, une femme d’apparence noble et aux origines mystérieuses, débarque dans la petite ville de Woodsburg non loin de l’épicentre de la ruée vers l’or du Klondike, Dawson City. Elle cherche à acheter la concession d’une mine à l’abandon. Car ce que tout le monde ignore, c’est que sous les décombres se cache un lac souterrain donnant accès à une autre dimension peuplée d’êtres cauchemardesques.
Hellaine est en réalité l’un de ces êtres. Et manifestement, elle a un plan. Un plan qui va être bouleversé par l’apparition de Rory, une jeune orpheline amérindienne pour qui Hellaine va se prendre d’affection après l’avoir délivré des griffes de son agresseur…

Mon Avis : 

C’est mon compagnon qui m’a fait découvrir le travail de Mirka Andolfo qui est autrice, dessinatrice et coloriste. Comme cette trilogie appartient au genre des Littératures de l’Imaginaire (Horreur et Fantastique), il s’était dit que cela pourrait m’intéresser. Et il a bien fait car j’ai beaucoup aimé cet ouvrage : les dessins sont beaux et très détaillés, les couleurs en clair obscur attirent l’œil et le récit bien que complexe parfois (je conseille de lire les trois tomes l’un à la suite de l’autre) est agréable à suivre. Les personnages sont également très bien travaillés et nuancés. Bref, une trilogie originale et une autrice à suivre. 

Emma G. Wildford de Zidrou et Edith chez les éditions Noctambules

Quatrième de couverture : 

Zidrou et Edith proposent un voyage dans le temps (années 1920) et dans l’espace (Angleterre et Laponie), à travers l’histoire d’Emma G. Wildford qui mêle mystère, aventure et amour. Il y a quatorze mois, son fiancé, Roald Hodges membre de la NationalGeographic Society a embarqué à bord du Kinship en direction de la Norvège, et depuis… elle est sans nouvelles de lui. Elle questionne régulièrement les autres membres, en vain.
Avant de partir, Roald a confié à Emma une mystérieuse enveloppe à n’ouvrir que dans le cas où il lui arriverait malheur. Réfutant cette éventualité, elle décide de tout quitter sa vie, son confort, l’Angleterre pour se rendre en Laponie. Et en chemin, elle va peu à peu perdre ses certitudes… Plus qu’une quête à la recherche de son fiancé, Emma va vivre une véritable quête personnelle.

Mon Avis : 

J’avais une heure à tuer avant de rejoindre des ami(e)s aussi, je me suis rendue à la Bibliothèque du Centre-Ville (de Grenoble) où je suis tombée par hasard sur cette bande dessinée. J’ai tout de suite été très attirée par sa couverture aimantée et l’enveloppe avec quelques lettres et photographies à l’intérieur. Je ne vous conseille évidemment pas d’ouvrir son contenu avant de lire la bande dessinée sinon, vous allez vous faire spoiler une partie de l’intrigue et ce serait dommage. J’ai beaucoup aimé cet ouvrage qui dépeint une jeune femme déterminée et courageuse qui dénonce en même temps le sexisme exacerbé du XIXème siècle que ce soit par le comportement de son père, de son beau-frère, de son fiancé ou des gens de la société de géographie. Bref, une Emma G. Wildford à la croisée de Nellie Bly et Alexandra David Néel à découvrir. 

Bob, textile futé de Luce Basseterre chez les éditions 1115

Quatrième de couverture : 

Vous pouvez changer de peau, changer de style, revoir toute votre garde-robe ou endosser de nouveaux costumes. Ou vous pouvez aussi laisser faire Bob. Bob peut tout changer pour vous, il peut vous transformer, littéralement. Mais attention, Bob ne connaît pas ses limites. Et si, un jour, il allait trop loin ?

Mon Avis : 

De Luce Basseterre, j’avais déjà lu et aimé la nouvelle Visite fantômeEt je dois dire que j’ai été complètement séduite par Bob textile futé. L’autrice est parvenue en une vingtaine de pages seulement à instaurer un univers complet, une intrigue décalée mais complètement envoûtante, des personnages travaillés et une chute bien amenée. Bref, un texte des éditions 1115 à découvrir!

Cette nouvelle participe au Challenge Winter Short Stories of SFFF

Avec le mois de Mars s’achève également le Challenge Winter Short Stories of SFFF pour lequel je suis assez contente. Car si d’habitude, je ne suis pas forcément très assidue, là pour le coup, j’ai non seulement lu tous les livres que j’avais prévus mais j’ai même dépassé largement mon programme. Célindanaé publiera les résultats dimanche et sachez que de mon côté, j’ai lu 55 nouvelles et novellas!

Je vous retrouve demain pour la présentation de ma PAL du mois d’avril!

13 réflexions sur “Rétrospective littéraire : Mars 2022

  1. Bravo pour le challenge et pour t’être tenue à ton programme dans l’ensemble 😊 je découvre petit à petit 1115 éditions et j’aime beaucoup leur travail, il faudra que je lise ce texte dont tu parles…
    Je te souhaite un bon mois d’avril !

    Aimé par 1 personne

  2. Quel super beau mois ! Bravo pour ces lectures, en plus de tout ce que tu as à gérer à côté. j’ai entendu parler de la ferme des animaux par un collègue qui l’a lu récemment aussi, et ça m’interpelle. Je me le note.
    Le petit texte de Luce Basseterre aussi m’intrigue, je découvre récemment 1115, j’ai gagné le recueil de micronouvelles sur twitter. Ils font des choses chouettes et différentes, ça vaut le coup que je m’y penche davantage.
    je te souhaite plein de belles lectures pour avril !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, j’ai rarement été déçue par les éditions 1115, ils étaient aux Gresimaginaires ce week-end et ils étaient super sympas. Je leur ai pris deux nouvelles. Pour La ferme drs animaux, je te le conseille. Bon mois d’avril à toi.

      Aimé par 1 personne

Répondre à Aelinel Ymladris Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s