Le crépuscule des 5 piliers (T.1) de L.A. Braun

Quatrième de couverture : 

Héritière du duché familial, Lithana a grandi dans une cage dorée, loin des difficultés du vrai monde. En guerre contre les sorcières d’Akronia, sa mère, la Duchesse d’Estaniel, consent à l’offrir en mariage pour mettre fin au conflit, en dépit de l’engagement sacré des fiançailles qui la lie déjà à Augustus de Rossi. Les deux jeunes gens se voient alors privés d’un futur qu’ils avaient imaginé tout tracé.
Malgré ce geste de paix, de nombreuses questions demeurent. Quel rôle jouent les membres de la Sixte Pilastre ? Cette union constitue-t-elle le commencement d’un renouveau ou, au contraire, d’une chute vertigineuse ? La chute du peuple mérinéen, de la religion pilariste, d’une terre à tout jamais perdue…

Editeur : Livr’S éditions

Nombre de pages : 389

Prix : 19,00€

Date de publication : 26 Septembre 2020

Mon Avis : 

J’avais mis le premier tome du Crépuscule des 5 piliers dans ma wishlist suite à la chronique élogieuse d’Ombrebones. Et il faut dire que son allusion à la Renaissance italien y était pour quelque chose. Aussi, lorsque Babélio a proposé ce roman lors de la Masse Critique dédiée aux Mauvais genres, je ne me suis pas faite prier pour le sélectionner. Je remercie donc Babélio ainsi que les éditions Livr’s de me l’avoir envoyé d’autant plus que j’ai passé un formidable moment de lecture. 

La Guerre qui perdure depuis quatre ans entre le peuple Mérinéen et Akronien va peut-être enfin trouver une voie favorable grâce à un traité de paix. Il était temps car le conflit a laissé les Mérinéens exsangues. Et leur Régente Desdea d’Estaniel va devoir faire de nombreux sacrifices à commencer par sa fille Lithana qu’elle a promise en mariage au fils de sa rivale, la sorcière Akronienne Yuni’Ara. Or, Lithana était déjà fiancée à Augustus Rossi, l’héritier d’un Duché voisin et leur liaison officialisée sous l’égide des Cinq Piliers. La jeune fille est dévastée : elle avait appris à aimer son fiancé et se voir ainsi donnée en pâture à un peuple impie et peu respectueux vis à vis des femmes, la terrifie. Si elle a été épargnée par les affres de la Guerre bien à l’abri dans le palais de Port Maestro, Lithana connaît aussi son devoir vis à vis de son peuple et est prête, la mort dans l’âme, à se sacrifier. 

Un roman de Fantasy à l’univers complexe…

Dans les Remerciements situés à la fin du roman, L.A. Braun explique que Le Crépuscule des 5 piliers est l’un de ses projets littéraires les plus ambitieux : constitué de trois tomes, elle a prévu qu’il s’étalerait sur une dizaine d’années. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ce premier tome possède un univers complexe et extrêmement bien développé puisque sa rédaction a pris quatre ans! Pour ceux qui craindraient d’avoir des difficultés à s’immerger dans le récit, qu’ils soient rassurés : une carte et un dramatis personae non seulement permettent de bien se retrouver parmi les lieux et les nombreux personnages mais surtout, les informations sont délayées petit à petit dans le récit. 

  • Les Mérinéens sont organisés en cinq Duchés, chacun détenu par une grande famille aristocratique : les d’Estaniel, les Rossi, les Pellini, les Orana et les Astillac. Tous les cinq ans, les familles alternent au poste de Régent de la Confédération ducale. La Régente Desdea en raison de la Guerre avec les Akroniens en est exceptionnellement à son second mandat et le centre du pouvoir est temporairement à Port Maestro. Le régime Mérinéen est donc une oligarchie dans laquelle chaque décision politique est prise lors d’un Conseil. 
    Le peuple Mérinéen est installé sur une péninsule et tire ses principales richesses de son agriculture, sa pêche et de ses activités marchandes. La société est tournée vers l’Art, la Science et possède une technologie plutôt avancée (d’où la présence d’oiseaux mécaniques pour communiquer ou de véhicules qui circulent sans chevaux). En revanche, la magie est bannie de la société Mérinéenne et quiconque s’y adonne est impitoyablement brûlé sur un bûcher lors de cérémonies expiatoires. La religion officielle des 5 piliers y veille afin de maintenir l’ordre social. 
  • En ce qui concerne le peuple Akronien, le lecteur ne les découvre que dans le dernier quart du roman. Il habite le désert de Lacrima et est dirigé par la Sen’ Karr, la sorcière Yuni’Ara. Cette dernière concentre tous les pouvoirs et règne avec brutalité en instillant la peur chez ses sujets. La société est extrêmement hiérarchisée : la caste des sorcières domine les hommes qui à leur tour ont des prérogatives sur les femmes qui ne pratiquent pas la magie et elles-mêmes exercent leur pouvoir sur leurs enfants. Le développement de la société Akronienne est différente des Mérinéens : leur force de travail repose sur l’esclavagisme et la pratique de la magie qui est valorisée (on peut ainsi soigner grâce à cette pratique, par exemple).
  • Pendant les trois quarts du roman, le lecteur ne connaît que la vision de Lithana à propos du peuple Akronien et elle n’est guère reluisante. La jeune fille les pense barbares, sexistes et impies. On pourrait donc croire que le roman est manichéen ; or, il n’en est rien. A partir du moment où le lecteur rencontre le peuple Akronien, il peut se faire une idée plus précise et nuancer les propos de Lithana. En effet, sous des abords civilisés, le peuple Mérinéen ne brûle-t’il pas des sorcières alors même que les Akroniens les valorisent et respectent leur nature? 

… qui a tout pour me plaire…

Outre le fait que l’univers est bien travaillé, le style d’écriture agréable à lire et les rebondissements et révélations nombreuses au sein de l’intrigue, j’ai également été emportée par d’autres aspects :

  • Comme vous le savez, l’une de mes périodes de prédilection est la Renaissance italienne. Or, Ombrebones y a fait allusion dans sa chronique et c’est ce qui m’a convaincue de m’intéresser à ce roman. Certains noms et toponymes Mérinéens sont à consonance italienne (Alessandro, Giacomo, Rossi, Pellini, Milan, etc…) et ce peuple habite une péninsule étroite bordée par la mer. Son territoire est morcelé de petits duchés autour desquels des alliances se nouent (entre les d’Estaniel et les Rossi notamment) ce qui fait penser à l’Italie avant son Unité (Il Risorgimento de 1848-1870) tandis que le pouvoir se concentre autour des grandes familles aristocratiques. L’Art possède une grande place dans la société Mérinéenne ainsi que la recherche de connaissances et d’innovations comme en témoigne la présence d’une Université à Milan. Vous l’aurez compris, j’ai apprécié retrouver cet aspect dans ce roman. 
  • Par ailleurs, un de mes autres genres de prédilection en Littérature de l’Imaginaire est la Fantasy politique et les intrigues de cour. J’adore lorsque les personnages recourent à des subterfuges machiavéliques pour arriver à leurs fins et prendre l’ascendance sur les autres. Dans ce premier tome, il existe un consensus autour de Desdea qui selon l’avis du Conseil a bien géré le conflit avec les Akroniens ; le renouvellement de son mandat est donc peu remis en question. Toutefois, la concurrence entre les grandes familles aristocratiques est sous-jacente et il y a fort à parier qu’elle va éclater au grand jour dans le prochain tome. J’ai hâte!
  • Enfin, j’adore le roman choral et c’est précisément ce style narratif que L.A. Braun a utilisé tout au long de son récit. Cela permet de donner beaucoup de dynamisme à une intrigue tout en confrontant les points de vue des personnages. Et justement, ces derniers sont d’une grande richesse et leur psychologie bien développée. Chacun d’entre eux possède une personnalité reconnaissable et cela permet au lecteur de s’y attacher. Même si Lithana est parfois un peu pénible au risque de paraître une enfant gâtée, il ne faut pas oublier qu’elle a dû abandonner ses rêves (d’abord faire des études à l’Université puis se marier avec l’homme qu’elle aime, Augustus).  

… et possède des thématiques contemporaines

Enfin, je terminerai sur le fait que Le Crépuscule des 5 piliers s’inscrit parfaitement dans les thématiques actuelles de notre société : 

  • La Guerre entre Mérinéens et Akroniens a été déclenchée quatre ans auparavant pour des raisons environnementales. En effet, la péninsule Mérinéenne doit faire face non seulement à des tempêtes de plus en plus nombreuses mais aussi à la montée des eaux. Et nombre de ses ports et de ses villes côtières a déjà disparu. La cité de Port Maestro a certes été érigée en hauteur sur un éperon rocheux mais elle aussi à terme est menacée. Pour pallier à ce manque de terres, les Mérinéens ont donc décidé se se tourner vers le désert de Lacrima pour annexer de nouveaux territoires. Or, vous vous doutez bien que cela a été très mal vu par les Akroniens… Montée des eaux, catastrophes et réfugiés climatiques, cela rentre très fortement en résonance avec notre futur proche. 
  • Enfin, une des thématiques abordées par ce roman est le féminisme. Chez les Mérinéens, les femmes ne subissent aucune discrimination : elles peuvent exercer le pouvoir à l’instar de Desdea d’Estaniel, avoir des fonctions militaires comme la Générale Katalena ou occuper de hautes fonctions comme la fille du Duc de Pellini qui va diriger l’Université de Milan. En ce qui concernent les Akroniens, Lithana affirme qu’il s’agit d’une société sexiste. Or, il convient de nuancer cet aspect. Certes, les femmes Akroniennes doivent être vierges pour leur mariage et sont soumises au bon vouloir de leur mari. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une société matriarcale car ce sont bien les femmes qui possèdent le pouvoir notamment Yuni’Ara. En réalité, ce sont deux visions du féminisme qui s’affrontent dans ces deux civilisations : l’une est l’égale de l’homme, l’autre veut prédominer leurs homologues masculins. 

En conclusion, j’ai adoré ce premier tome qui s’inscrit en Fantasy politique et s’inspire quelque peu de la Renaissance Italienne : l’univers est détaillé, complexe mais intelligible facilement tandis que le style d’écriture est fluide, agréable à suivre, l’intrigue bien menée et maîtrisée et les personnages crédibles et développés. Certes, il y a quelques longueurs, je ne le nierai pas mais ce roman est tellement bien travaillé que cela ne m’a pas dérangée outre mesure. Enfin, il s’inscrit dans des thématiques actuelles comme les préoccupations environnementales et le féminisme. Bref, un roman que je recommande hautement et je n’ai qu’une seule chose à dire : vivement le second tome!

12 réflexions sur “Le crépuscule des 5 piliers (T.1) de L.A. Braun

  1. Il est dans ma WL depuis les débuts du PLIB, car je l’avais repéré parmi les nombreux romans présélectionnés. Mai après lecture de ta chronique, je me dis que je devrais vraiment me le procurer, moi qui adore les intrigues de cour :).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s